TÉMOIGNER
L’aménagement lumière des Bas ports du Rhône est véritablement à Lyon le premier projet lumière dit d’intégration, par opposition à la surenchère. Le site constitue une forme singulière d’aparté urbain.
Il suscite une conversion du regard, regard militant pour la conception lumière d’un espace nocturne initiateur de pratiques nouvelles relatives aux normes de conception comme aux usages.
Les trois principes constitutifs de l’aménagement lumière s’enracinent dans l’identité du lit majeur du fleuve.
Le mur perré, sinusoïde à la fois rudimentaire et monumentale, protège la ville de l’impétuosité du fleuve et endosse la fonction symbolique de témoin de la sédimentation historique de Lyon.
La nuit métamorphose ce rempart de l’insouciance riveraine en une cimaise enrubannée de clair de lune.
Les ducs d’Albe, réinventés en sentinelles lumineuses, scandent la promenade de jalons robustes, capables de résister aux caprices du Rhône.
Ponctuation régulière et stable, leur ligne offre l’assurance d’une main courante. Le long de l’estacade, l’absence des ducs laisse place à trente-neuf éclats bleu saphir.
Les ponts ne sont pas traités de manière habituelle comme un patrimoine à mettre en valeur. Ils sont abordés d’un point de vue fonctionnel, comme des invitations au passage d’une séquence à l’autre.
A la fois seuils et sas, intenses et protecteurs, les ponts du Rhône singularisent le parcours des berges sans interrompre la continuité de la promenade

Année : 2015Maîtrise d’ouvrage : Client Name